J’entends souvent mes clients pendant une séance d’étirement : « j’arrive bien à me détendre, ce n’est pas un problème ». Mais en êtes-vous si sûr ? C’est ce que nous allons voir dans cet article. Nous verrons dans un premier temps que nous ne sommes pas forcément ce que nous pensons être. Nous analyserons ensuite les inconvénients et les avantages du relâchement musculaire. Enfin nous constaterons l’évolution du relâchement musculaire au cours de notre vie.

VOTRE REALITE

 

Je vais commencer par prendre un exemple, le mien. Il y a 4 ou 5 ans, je me considérais comme quelqu’un de cool, zen et détendu. Je le pensais et le croyais. Si bien qu’un jour, on a évalué mon relâchement musculaire. Résultats : j’ai pris conscience que je n’étais pas relâché du tout, voir même très tendu. Ce que vous pensez être n’est donc pas forcément la réalité. Nous avons tous notre réalité. Penser au film Matrix. Dans ce film, il y a la réalité et une autre virtuelle à laquelle les protagonistes choisissent de croire, ou pas pour des raisons qui les concernent. Je prends un autre exemple : on offre un weekend zen sur l’île de Ré à 5 personnes. Pour s’y rendre, elles doivent prendre leur voiture personnelle. Sur le chemin, des travaux créent des bouchons de plusieurs kilomètres. Il est possible qu’il y ait 5 réactions différentes.  Imaginons quelques-unes d’entre elles.

  • Le premier s’énerve. Il s’énerve tellement qu’il ne prendra pas le temps de chercher des solutions, il attend et bouillonne. (« P……. !!! »)
  • Le second attend. Il y a une bonne musique dans la voiture, il reste zen et attend que cela passe tranquillement. (« Pas grave, j’ai le temps »)
  • Le troisième, étudie un itinéraire bis, certes plus long mais cela lui permettra de visiter du pays. (« Soyons malin, chouette je visite »)

Dans cet exemple, chacun se crée une réalité différente pour un évènement commun. Seulement certaines réalités vous procurent plus de stress que d’autres et par conséquent ne vous permet pas de vous relâcher.

 

INCONVENIENTS ET AVANTAGES

 

Alors, que se passe t’il ?

Mal gérer les événements extérieurs va indéniablement vous impacter. Les conséquences sont multiples et plus ou moins graves :

  • modification de la respiration,
  • oxygénation moins efficace,
  • fatigue chronique,
  • stress négatif,
  • sensation d’être débordé,
  • tensions musculaires,
  • mauvaise gestion des priorités,
  • sensation de dépression,
  • panique,
  • angoisse…

Imaginez: Vous êtes sur votre lieu de travail. Au fur et à mesure que la journée passe, le stress s’accumule. Au milieu de l’après-midi, demandez-vous où se trouve vos épaules. Vous vous apercevrez certainement qu’elles sont très hautes, « collées aux oreilles pour exagérer ». Or, avez-vous besoin de monter vos épaules pour respirer ? En aucun cas. C’est de l’énergie gaspillée. Lorsque vous conduisez un véhicule, si vous accélérez mais qu’en même temps vous freinez légèrement, votre véhicule premièrement avance moins vite, et deuxièmement consomme plus d’énergie. Ainsi, vous usez de manière précoce votre véhicule. C’est la même chose pour vous.

C’est un cercle vertueux. Lorsque vous êtes détendu vous respirez plus efficacement. Lorsque vous respirez efficacement, vous êtes plus détendu.

Voyons maintenant les avantages lorsque nous pratiquons une activité sportive. Le relâchement musculaire permet alors :

  • Une meilleure endurance dû à l’apparition plus tardive de la fatigue.
  • Un meilleur équilibre : prenez l’exemple de l’arbre, lorsqu’il y a du vent il se balance d’avant en arrière. Il est flexible, ce qui le maintien debout. S’il était raide, il casserait net.
  • Un risque de blessure moindre : Un muscle relâché est plus souple qu’un muscle contracté. Il s’adapte donc plus facilement aux mouvements de grande amplitude. Bien entendu, la souplesse peut se travailler spécifiquement en parallèle.
  • Une plus grande amplitude du diaphragme et par conséquent de la capacité respiratoire.

 

EVOLUTION

 

Au cours de notre vie, nous opérons des changements et des évolutions. A la naissance, le nourrisson adopte une respiration abdominale et un relâchement musculaire significatif. C’est à quelques mois seulement, qu’il commence à faire « l’éponge ». C’est-à-dire qu’il ressent les humeurs, les conflits, la joie, la tristesse de son entourage et notamment de ses parents. Si bien qu’à partir de 8 ou 9 mois, des changements peuvent déjà être observés : les poings serrés par exemple. Ensuite, entre l’enfance, l’éducation, l’adolescence, les études, l’entrée dans la vie active, la création d’une famille et les épreuves que la vie nous réserve, nous nous adaptons plus ou moins bien. Tout ce qui nous arrive va être interprété d’une certaine manière. Et dans une société qui va de plus en plus vite, nous n’apprenons pas à nous défendre et nous protéger de les contraintes quotidiennes.

La bonne nouvelle c’est qu’il n’est pas trop tard et qu’il est tout à fait possible d’apprendre à mieux gérer votre tonus musculaire. Vous ne pourrez pas contrôler les événements extérieurs. Par contre vous avez le pouvoir  sur votre esprit. Vous avez la possibilité de créer une réalité qui vous plaît. Face à un évènement, ne réagissez pas comme à voir habitude. Réfléchissez à une autre réaction qui vous permette de rester serein, lucide et détendu. Cela demande du travail, de l’investissement et de la régularité.

La respirologie et les exercices qui composent cette méthode peuvent aider à reprendre le contrôle de son souffle et le maîtriser. La méditation, le yoga, le qi qong et le tai-chi sont d’autres pratiques qui favorisent le relâchement musculaire et la maîtrise du souffle. Pensez-y c’est déjà une grande étape.

 

Contactez-moi