Que vous soyez nouveau-né, enfant, adolescent, adulte, senior, ou 4e âge, tout le monde est concerné par la respiration. Le souffle est universel. De la même façon nous sommes tous confronté à notre environnement : le travail, la famille, les transports, les hobbies, les amis… nous imposent un rythme de vie effréné. Selon votre activité et les événements extérieurs, votre niveau d’énergie change, votre niveau de stress varie, votre humeur fluctue, vos émotions s’enchainent…

IMAGINEZ…

« Imaginez-vous au réveil, il fait beau, vous êtes en forme et de bonne humeur. Vous arrivez sur votre lieu de travail et maladroitement un collègue vous renverse son café sur une chemise neuve que vous a offert votre femme il y a peu de temps…. Une fois assis à votre bureau, votre patron vous convoque pour vous reprocher que le dossier, sur lequel vous avez mis tout votre cœur, ne lui plait pas du tout. En sortant il vous fera évidemment une remarque sur l’état de votre chemise ». Pensez-vous que votre respiration restera inchangée ?

Le matin au réveil votre respiration sera plutôt calme et relâchée, et puis déjà sur le chemin du travail, dans la voiture, vous serez concentré, peut-être même ressentirez-vous de l’énervement s’il y a des bouchons. Car les minutes défilent et le patron n’attend pas. En quelques instants seulement votre état émotionnel et votre rythme cardiaque auront été complétement chamboulé. Je vous laisse le soin d’imaginer les émotions ressentis pour le reste de cette histoire.

Les émotions sont au cœurs de la respiration comme la respiration est au cœur de nos émotions. Chacune de nos émotions adoptent un rythme, une amplitude et une intensité qui lui est propre.

OBSERVEZ…

Observez, la prochaine fois que vous ressentirez l’émotion de la peur. Vous faites un footing dans la forêt et tout à coup un sanglier traverse le sentier, devant vous, à tout allure. Que se passe t’il alors ? Votre souffle se coupe puis repars, il est complètement désynchronisé. Votre rythme cardiaque s’accélère, votre organisme sécrète de l’adrénaline pour préparer le corps à une fuite éventuelle. Des sueurs froides vont certainement apparaître….

Remarquez le « chantier » que provoque une émotion !!! Et pour chaque émotions les conséquences sont différentes.

Notre respiration se modifie à cause des émotions que l’on ressent. Notre fonction respiratoire est de moins en moins efficace car nous ne sommes plus à l’écoute de celles-ci. Une émotion ne dure que quelques secondes, il est très facile de ne plus y faire attention. Soyez plus attentif, plus à l’écoute de ce que vous ressentez. Si vous ressentez l’émotion de la colère (quelques secondes donc), que vous « l’entretenez », en revivant l’action en boucle dans votre tête ou en jurant, cela devient une humeur. Si cette humeur persiste plusieurs jours, voir plusieurs semaines, cela devient un trait de caractère, qui lui-même, s’il dure plusieurs mois devient votre personnalité. On dira alors que vous êtes une personne colérique. L’intérêt d’observer nos émotions est de pouvoir maîtriser l’instant qui suit et de vivre pleinement l’instant présent.

Alors je vous propose, pendant 1 semaine par exemple, de prendre du recule sur vos émotions, comme  si vous étiez un observateur de ce que vous ressentez. Mettez un mot sur l’émotion ressentie: colère, joie, tristesse, peur, honte… Vous allez alors prendre pleinement conscience de cette émotion et de la respiration qui s’y rattache. Vous serez par conséquent, en train de vivre le moment présent. Il sera beaucoup plus facile ensuite revenir à une respiration maîtrisée, ample et calme.

Nous verrons dans le prochain article comment il est possible de maîtriser son souffle dans la vie quotidienne. En attendant, prenez du recul sur vos émotions et votre respiration afin de les observer plus en détails.

Pour en savoir plus:

http://waatcoaching.com/respirologie/

http://www.respirologie-france.com